de la


de la

de, du, de la, des
articles partitifs (devant les noms d'objets qui ne peuvent être comptés). Boire du cidre en mangeant des crevettes et de la dinde.
(Abstrait) Il y a du vrai dans ce qu'il dit.

2. de [də], du [dy] (pour de le), de la [dəla], des [de] (pour de les) art. dit « partitif ».
ÉTYM. XIIIe; de la prép. de associée, dans certains cas, à l'article défini. REM. Phonét. : Voir ci-dessus, 1. De.
Article précédant les noms de choses qu'on ne peut compter.
1 Devant un nom concret. || Manger du pain. || Manger des épinards. || Fumer du tabac blond. || Consommer de la bière. || Filer de la laine. || Couper du bois.
1 Buvant de l'eau dans un vieux pot à bière (…)
Voltaire, le Pauvre Diable.
REM. Ne pas confondre : manger des épinards et manger des gâteaux (art. indéfini. → Des, III.). — Cependant, dans l'expression manger des gâteaux que j'ai apportés, des représente l'article partitif.
2 Devant un nom concret nombrable auquel on donne la valeur d'une espèce. || Manger du lapin. || Pêcher de la sardine. || Il y a de la fraise dans ce bois. || On trouve en lui du collégien.
2 (…) dans tous les cœurs il est toujours de l'homme.
Molière, le Misanthrope, V, 4.
3 Dans tout ancien professeur, il y a de l'apôtre.
Paul Bourget, le Tribun, p. 32.
Fam. (devant des noms désignant des personnes réelles) :
3.1 (…) on n'avait pas une clientèle bien passionnante, du boutiquier du quartier, de l'employé, du facteur, pas grand'chose d'intéressant (…)
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 217.
3 Devant un nom abstrait. || Éprouver de la répulsion. || Avoir du courage. || Faire de la publicité. || Faire de la moto, du vélo. || Jouer de la musique, et, par ext., jouer du Rameau. || C'est du Valéry.Avoir bien de la chance, bien des déceptions.(Avec en; fam.) || Il en a, des remords. || Tu en as perdu du temps.
4 Il n'y a là que de la musique écrite ?
Molière, le Malade imaginaire, II, 5.
5 Nul n'aura de l'esprit hors nous et nos amis (…)
Molière, les Femmes savantes, III, 2.
6 (…) je (…) n'aurai de l'attachement que pour vous.
Molière, George Dandin, III, 6.
REM. À la forme négative, l'article est omis et seule la préposition reste. || Ne pas manger de (du) pain. || Ne pas avoir de (de la) conscience. || Elle n'a pas perdu de temps. || Vous n'avez pas d'excuses. || Il n'a pas pris de précautions.
4 Vx. || De, devant un adj., remplaçant du, de la, des. || Manger de bonne soupe (ne pas confondre avec de venant de des, article indéfini. → Des). Mod. || Manger de la bonne soupe. Dans des expressions proverbiales figées. || Faites-moi de bonne politique, je vous ferai de bonne finance.
7 (…) il faut manger de bon gros bœuf, de bon gros porc, de bon fromage de Hollande (…)
Molière, le Malade imaginaire, III, 10.
8 J'ai le plus grand plaisir, dit-il, à jouer de bonne musique.
G. Duhamel, la Musique consolatrice, p. 82.
9 (…) de la bonne encre et du bon papier (…)
Gide, Journal, 4 juin 1949.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.